Daniel Lee

MANIMALS

Blocnote

Manimals / Bloc Notes

L’homme et le singe ont des ancêtres communs et après plusieurs évolutions et manipulations informatiques, l’homme redevient singe. Ou chat. Lion. Chien. Il n’a plus de limites quant à ses capacités d’hybridations. Et de sophistication, car autant rester séduisante et féline ou golden boy, arriviste et carnassier. Taiwanais d’origine, new-yorkais depuis 30 ans, Daniel Lee devient en 1992 un portraitiste animalier, quelque peu particulier. Photographe et artiste numérique, il œuvre avec minutie et patience pour atteindre un haut niveau d’hyperréalisme fantastique. Il commence son travail en photographiant ses modèles dans un studio, l’important est d’obtenir une photo nette, très précise puisque chaque détail sera retravaillé. Séparément ensuite, il réarrange ses personnages dans un décor pris dans les arrières–boutiques ou les restaurants de Soho. Après il passe des journées voire quelques semaines à rendre une silhouette parfaite et à parachever les portraits par manipulations numériques avec Photoshop sur son G4. Il essaye de ne pas utiliser l’aérographe ou des outils de dessins afin de parvenir à une image aussi réaliste que possible, en se contentant des fonctions « déformer », « échelle » et « faire pivoter », qu’il applique sur des détails de ses photos. « Catholique, j’ai grandi dans une région empreinte de bouddhisme pour qui la réincarnation humaine ou animale est inscrite dans le cercle de la vie. Je crois à la théorie de l’évolution de Darwin et je suis persuadé que nous avons conservé bon nombre de nos instincts animaliers dans notre comportement. Je veux utiliser mon art comme un miroir mettant en avant la moralité superficielle de l’homme d’aujourd’hui ».